Enseignements

icone-christQui est Dieu ? Comment le connaître ? Est-il possible d'aimer pour toujours ? Pourquoi le mal ? Est-ce que toutes les religions se valent ? Que deviennent nos défunts ? Comment pardonner ? L'Eglise : est-elle nécessaire ? Est-ce qu'on peut changer le monde ?

Ce sont là quelques unes des grandes questions que se pose tout homme, tout chercheur de Dieu.

Au cours des retraites fondamentales, les enseignements veulent approfondir ces questions et aider chacun à entrer dans l'intelligence de la foi.

 

Le mariage - I. Les quatres fondements du mariage chrétien PDF Imprimer Envoyer
Écrit par P. Hervé Gosselin - Foyer de Tressaint   
Index de l'article
Le mariage
I. Les quatres fondements du mariage chrétien
II. Le pardon dans le mariage
III. Vers la maturité
IV. Les noces de Cana
Toutes les pages

 

I. Les quatres fondements du mariage chrétien

Ces quatre fondements :
- librement,
- pour toujours,
- dans la fidélité,
- en accueillant la dimension de fécondité,
Dans ces quatre dimensions, nous retrouvons les fondements de l’alliance de Dieu avec les hommes.


1.     Librement

Dieu veut des hommes libres car Dieu n’est pas contraignant
Il ne nous obligera jamais à faire alliance avec lui. C’est bien le drame de Dieu, d’ailleurs !
Ce serait tellement plus clair si nous voyions Dieu, s’Il s’imposait davantage ;
mais alors nous ne serions plus libres.
Dieu a voulu lancer l’homme dans une aventure de liberté.

Le mariage vécu librement est un mariage vécu sans pression familiale, sans pression sociale.
Vivre avec quelqu’un pendant plusieurs années ne veut pas dire que je vais être obligé de l’épouser pour « être dans l’ordre des choses. »
C’est pour cela que les fiançailles respecteront la liberté de l’un et de l’autre.
Il faut être libre aussi intérieurement, c’est pourquoi il faut s’y préparer, par avance, même si on ne connaît pas encore sa vocation.

La liberté est faite pour s’engager : si je ne m’engage pas, c’est que je ne suis pas libre !
Si je ne fais rien de ma liberté, elle ne me sert à rien.
L’Alliance que Dieu fait avec les hommes l’engage, lui.
Et ma réponse, si je fais alliance avec lui, m’engage également.

2.    Pour toujours

Quand Dieu fait alliance, Il ne revient pas en arrière. Quand je fais alliance, dans le mariage ou la virginité, c’est pour toujours.
C’est un lien indissoluble qui ne pourra pas être cassé par les hommes. « Ce que Dieu a uni que l’homme ne le sépare pas. »

3.    Dans la fidélité

Dieu est fidèle.
Et si nous ne savons pas être fidèles, Dieu nous donnera sa grâce pour le devenir.
La fidélité prend tout l’être, corps cœur et âme.
Cette aventure de l’amour est un don mutuel :

« Je te reçois comme époux(se)
et je me donne à toi pour t’aimer fidèlement tous les jours de ma vie. »

Le mariage est une grande vocation.
Les personnes consacrées dans le célibat ont besoin d’avoir le témoignage de couples fidèles.
Si nous n’avions pas la famille pour nous parler de Dieu, nous ne pourrions pas vérifier que cette révélation est une révélation de Dieu, que c’est bien une expérience qui nous est proposée.

« Les conjoints, dans le mariage, sont comme fortifiés, consacrés par un sacrement spécial. »
Droit Canon

Ils reçoivent une grâce de force pour traverser les épreuves.
Et qui n’en a pas ? C’est un chemin de sanctification ; c’est aussi un chemin de désert.
Il y a aussi besoin, dans cette aventure du mariage de « regarder le serpent d’airain pour être sauvés. »

Les conjoints sont comme consacrés.
L’Eglise parle de Consécration à la Messe, consécration du Corps et du Sang du Christ.
Par le sacrement de mariage, l’Esprit Saint vient imprégner l’homme et la femme dans toutes les dimensions de leur vie, dans tous les aspects de leur amour, au fur et à mesure des besoins, au fur et à mesure de l’arrivée des enfants…

Qu’est-ce qui fonde le mariage ?
C’est le consentement des époux.
Mais Dieu n’est pas seulement témoin du sacrement de mariage, Il est actif, Il s’engage avec.
La présence du Prêtre signifie cet engagement de Dieu envers les époux.
C’est Dieu qui unit les époux : il y a une dimension de l’homme qui ne peut être unie que par Dieu.
Pour unir les corps, pas de problème !
Pour unir les psychologies, les intelligences, pas de problème.
Mais pour unir vraiment le fond de la personne, seul Dieu peut le faire.
Et c’est cette reconnaissance d’une action de Dieu qui fait qu’on demande que les fiancés ne cohabitent pas ensemble.
C’est pour signifier la grandeur du mariage.

Il est nécessaire d’avoir une juste appréhension du mystère.
Le conjoint est un cadeau de Dieu. La grâce de l’engagement est un cadeau de Dieu.
L’union a besoin d’être sanctifiée. Dès que commence de naître un amour, dans le temps des fiançailles, Dieu doit d’abord être mis à sa vraie place.
Savoir attendre que Dieu sanctifie l’un et l’autre.
C’est difficile à expliquer à ceux qui sont loin de la foi, lorsqu’il n’y a que des critères humains pour déterminer effectivement cohabitation ou pas.
Mais il y a cette grandeur qu’il faut pouvoir aussi défendre d’un mariage chrétien et des fiançailles chrétiennes qui sont une étape importante.
Et c’est le témoignage de ceux qui le vivent : il n’y a pas besoin de cette connaissance charnelle pour bien connaître l’autre, c’est l’amour qui prime.
L’harmonie, l’épanouissement ne peut se trouver que là.


4.    La fécondité

Le mariage est l’image même de cette Alliance que Dieu vivre en nous, avec nous.
Grandeur de la vocation chrétienne. Le mariage est don de la personne tout entière, échange d’amour
Et donc , comme l’échange d’Amour qui existe au cœur de la Trinité, le mariage est toujours vécu en vue d’une fécondité.